Bio

Chyco Simeon

Originaire des Caraïbes, Chyco a passé son enfance à Montrouge, banlieue sud de Paris. Son père, un amateur de musique, il transmet et respire sa passion pour la musique, jazz, salsa, musique classique et bien sûr sa patrie d’origine, les Caraïbes. L’écoute de ces sons Chyco peu varié ouvre plusieurs espaces mélodiques qui seront, sans doute, dans uencé son parcours, son goût et ses créations. En 1982, ce musicien autodidacte et talentueux main pétrie déménage avec sa mère en Martinique, un retour aux sources qui apportera bene ts dans le corps du soleil, swing dans ses rythmes, de nouvelles inspirations et de rencontres fructueuses. Après des tests sur la guitare, claviers et percussions, Chyco Siméon met ses doigts d’avertissement à la contrebasse, qui deviendra son instrument favori. Ensuite, être un étudiant au lycée, il devient bassiste d’un groupe appelé « Sunshine ». Le groupe est aussi éphémère que populaire et se compose de Pipo Gertrude, Tony Chasseur Eric Bonheur, Philippe Joseph, musiciens et artistes interprètes ou exécutants, des valeurs saines du paysage musical d’aujourd’hui.

Mais c’est à partir de 1984 que la carrière de Chyco Siméon gagne du terrain au sein du groupe « Cristal ». Sa composition la TVD a été un succès fréquemment diffusé sur les ondes. Le bassiste devient très vite une référence, invités à participer à plusieurs sessions en studio avec certains grands noms de la musique des Caraïbes.

Ceux-ci incluent : piliers Simon Jurad, Gertrude Seinin ou Fal Frett / pionniers des variétés et du jazz.
Georges Debs, le producteur de la TVD de Kassav, lui a permis de s’affirmer comme le bassiste / compositeur / producteur.

En 1990, Michel Alibo, le convainc de rentrer à Paris, où la nouvelle génération de musique des Caraïbes vivent, travaillent et a décollé. En ce moment, Chyco Siméon sera composé pour la jolie voix du Zouk, Tatiana Miath, Tony Chasseur et Pipo Gertrude. Un an plus tard, il s’est approché avec sensibilité, autres rives harmoniques, le funk et le R’n’B, par l’intermédiaire de Serge Ponsar (voix d’or), en collaboration avec Arnaud Aubaille et Romano Mussumara. Tout en continuant de composer pour le groupe en vogue « Ashanty » et aussi pour Jean-Louis et Omar Chakil.

Chyco Siméon sera en 1996 a créé le groupe « Washa », une onomatopée créole pleine de punch, comme l’un des titres qu’il s’est rendu compte, intitulé « Tant de combats. »
Son album personnel de TVD « Enfin » retrace ses sillons dans les nouveaux sons, de jazz, de hip-hop et de Caraïbes et son second « Roots mwen » lui donne, en plus de l’enthousiasme du public, la reconnaissance de ses pairs, y compris le fabuleux Marcus Miller qui a déliré sur lui. Son troisième album « Ozanam » est un hommage et en cours d’exécution à la ville où il a grandi, une banlieue populaire de Schoelcher en Martinique. Il est edi ed sur la fusion des styles, tels qu’un savoureux « melting pot » à l’image de sa carrière éclectique. Il est ensuite placé dans la catégorie « Caribbean Jazz urbain ». Style « Simeon » est né.

Il monte aujourd’hui sur un quatrième album intitulé « 99 % », où matures, la technologie, la diversité, la passion se combineront pour nous ouvrir de nouveaux horizons de Chyco Siméon. Une garantie de bonheur, de surprise et d’émerveillement…

Marie Line Ampigny